Sélectionner une page

Pierre-Yves, son associé et leur équipe pilotent 2 sudios de tattoos et piercings. Ils ont créé une relation à long terme avec les membres de leur communauté. Cela correspond à leur activité mais pas seulement. On comprend vite que leur démarche est en fait très logique. Elle démontre que ce n’est pas parce que les clients ont ‘leur’ agenda intérieur (= ils feront faire leur tattoo ou leur piercing quand ils en auront envie) qu’ils s’attendent à ce que le professionnel les ‘attende les bras croisés’. C’est même tout à fait l’inverse…

« Pierre-Yves, on passe comment de ‘Pierre-Yves’ à ‘Arte Corpus’ ? »

J’ai commencé à dessiner des modèles pour des tattoos. Et puis, je me suis documenté sur la dermographie, les dessins de tattoos. Je suis allé en Angleterre chercher du matériel de qualité car ce n’était pas si répandu il y a une vingtaine d’années et puis j’ai commencé. J’ai d’abord travaillé avec quelqu’un pendant une petite année, et puis j’ai ouvert une boutique.

J’ai appris aussi la technique  indispensable pour  la pratique du piercing car l’on retrouve souvent le couple Tatouage/piercing dans les boutiques.
J’ai rencontré mon associé et ça fait maintenant plus de 15 ans.

Ouvrir une boutique, pour un tatoueur, ce n’est pas la même chose que pour les autres commerces. On a une responsabilité et en même temps un défi de chaque jour. Il faut comprendre ce qu’aimerait avoir la personne car on laissera sur sa peau une marque indélébile.

La personne a une idée, on l’aide souvent à en accoucher et puis on la réalise. Je ne suis pas spécialisé sur un type de tatouage, car j’aime avoir de la variété dans mon métier. Dans la même veine, j’aime bien faire des séances préalables de dessin. En même temps j’établis un contact, c’est très important pour comprendre ce que la personne veut vraiment.

« Comment êtes-vous venus au dispositif de communication que vous avez actuellement ? »

J’ai commencé à m’intéresser à l’informatique assez tôt. Je me suis acheté un Mac d’occasion, je me rappelle très bien, et puis j’ai commencé à comprendre comment ça se faisait.

Au début quand on faisait tous cela, j’ai fait mon site tout seul. Quand ça a évolué et que des modules de forums ont commencé à être proposés dans les logiciels de design de site, j’ai ouvert un forum en ligne. Après nous avons été aidés par un professionnel.

Si on veut, j’y suis venu « naturellement ». En voyant l’aide que l’informatique apportait au quotidien, j’ai avancé avec l’évolution des outils. L’informatique m’intéressait pour son côté pratique.

Le digital c’est l’étape d’après, c’est une façon de communiquer, de regrouper une communauté qui a un intérêt commun : les tattoos, et de se faire connaître. Non seulement on communique sur l’emplacement du magasin, ce qui est juste fondamental, mais il est aussi normal d’utiliser des moyens de communication contemporains. On n’a pas donc mis tous les œufs dans le même panier : les choses changent, nous on avance avec. Si les tatoueurs indépendants n’avaient pas facebook je pense qu’ils auraient du mal à exister.

« Quelle est la logique de votre dispositif ? »

D’abord nous nous organisons entre nous. Dans l’équipe nous partageons beaucoup, mais tout le monde ne fait pas tout.

Nous avons :
– un forum de discussion : une partie est visible et une partie fermée. Sur le forum nous laissons nos membres échanger au sujet du tatouage, du piercing,  et des modifications corporelles. C’est une source d’inspiration et d’échanges très importants pour eux comme pour nous. Les membres du forum disent beaucoup de choses : ils parlent des modes qu’ils préfèrent, des dessins, des façons de faire… C’est bien d’avoir de la variété, et il est important de suivre les tendances qui évoluent. Et puis l’avantage est que depuis le temps et compte tenu du nombre d’échanges, il est actuellement très bien référencé par Google.
– une page Facebook, sur laquelle nous reprenons toujours les photos que nous avons postées sur le forum. Il est important de montrer régulièrement des images, de montrer qu’il y a de la vie, de montrer l’équipe. C’est aussi le lieu où nous publions les annonces quand on a besoin ou envie d’en faire une.
– sur YouTube j’ai posté quelques vidéos
– sur Pinterest nous partageons certaines de nos réalisations
– un site de e-commerce pour les Bijoux de piercing, les produits de soins, on peut même y trouver des « Bons Cadeaux ».
–  des emails et des annonces sur Facebook. On n’est pas adeptes du matraquage. On le fait juste pour quelques promos ponctuelles et pour faire bénéficier les clients d’avantages.
– j’ai acheté un écran très récemment, et passe les vidéos postées sur YouTube en interne. Je vois que les gens les regardent, en attendant. Je les comprends, ça rassure, ils voient comment ça se passe, ils nous voient en plein travail.
– On avait aussi sponsorisé des sportifs. J’avais sponsorisé mon club d’apnée, par exemple. Ca permet aussi de faire des photos, de l’image, de l’événement. Tout cela est toujours positif pour être diffusé.

« Quel est le retour commercial de tout cela ? »

En fait je pense ne pas me tromper en disant que 50% de nos clients viennent par l’observation de ce dispositif et le bouche à oreille. Autrement dit, ce dispositif est essentiel pour nous. Cela leur permet de nous connaître et puis de nous suivre, de voir ce que nous faisons, d’y aller doucement. Pour certains ça dure très longtemps et puis un jour ils se décident, et nous demandent un tattoo.

C’est pour ça que je donne un côté humain très prononcé. Je sais que c’est aussi ma personnalité, mais je sais que rester humain dans sa communication est très important.

« A quoi voit-on que cela plaît aux gens ? »

Parce que les clients le disent, ils en parlent, souvent. On remarque aussi qu’il y a parfois plus d’audience sur des bêtises que sur des tatouages. Il faut s’y habituer, c’est comme cela. D’autres fois, les personnes réagissent avec enthousiasme à des choses qui les touchent. Tu le perçois tout de suite, si tu as touché juste.
Une fois je me souviens, j’avais poussé un coup de gueule sur un point que les clients des tatoueurs connaissent bien et dont ils se sentent victimes. L’impact a été immédiat, extraordinaire. Beaucoup de partages et énormément de likes.

« Si un autre commerçant venait te voir pour te demander ce qu’il doit faire, tu dirais quoi, quelle priorité ? »

Déjà je donnerais quelques conseils génériques mais hyper importants :

– Ne travaille pas seul (il ne faut pas s’isoler)
– Communique, montre tes productions et montre que tu utilises les réseaux sur lesquels les gens sont, donne envie aux gens en partageant ta passion. C’est aussi ce qui donne envie de venir te voir.
– N’aie pas peur de t’exprimer. D’accord, il faut rester équilibré (de temps en temps c’est mon équipe qui me dit de ne pas poster telle ou telle idée que j’ai eue…moi je la trouvais marrante…mais bon…), mais c’est ça qui donne de l’humanité à ton travail. En fait ça attire plus que ça ne repousse.
– Sois au clair sur qui sont exactement tes clients (ta cible, ton segment). Parce que ça joue pour le choix du réseau à utiliser, il faut utiliser le réseau sur lequel tes clients sont.

Ensuite je dirais très concrètement :

– Mets en place un forum (même s’il faut savoir qu’il est indispensable d’avoir des modérateurs, c’est plus lourd) mais c’est hyper riche.
– Crée-toi une page facebook, c’est indispensable.
– Recense les autres forums ou tu peux envoyer les infos/ photos de tes activités pour étendre ta communication.

Je sais que c’est du travail tout cela. On n’arrive pas toujours à faire tout ce qu’on voudrait, mais ça vaut vraiment le coup !

Les studios Arte Corpus :
Marseille : 156 Rue de Rome, 13006 Marseille
Toulon : 3 Rue de la Fraternité, 83000 Toulon

Pour retrouver Arte Corpus :

Forum
Site internet
Page facebook
Compte Pinterest
Vidéos You Tube